Deux faux pas à éviter sur LinkedIn

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Terminés les faux pas sur LinkedIn : ne spammez pas vos contacts et ne cherchez pas à vendre à tout prix. Découvrez le Social Selling. Je ne m’énerve pas facilement, mais il y a deux choses qui m’agacent dans mon utilisation quotidienne de LinkedIn…

 

Deux faux pas à éviter sur LinkedIn

Faites-vous ces deux faux pas sur LinkedIn ?

1. Vous envoyez des mails non sollicités à vos contacts

À faire absolument si vous cherchez à nuire à votre réputation: exportez vos contacts LinkedIn et ajoutez-les tous à votre liste d’e-mails. Les gens vont adorer! Non, sans blague … Juste parce que vous êtes connectés sur LinkedIn, ne signifie pas que vos contacts ont accepté de recevoir votre newsletter.

2. Vous envoyez des messages de vente à vos contacts

Un autre gros faux pas est d’embêter vos contacts avec des messages de vente. Personne n’aime les recevoir, donc ne les envoyez pas à des gens qui vous ont fait confiance et vous ont permis de les ajouter à votre réseau. Vous serez expulsé rapidement. De plus, les membres LinkedIn ont aussi la possibilité de signaler votre message comme spam et vous risquez d’être mis sur la liste noire de LinkedIn (ce qui a comme ultime conséquence la fermeture de votre compte).

En plus, l’envoi de spams est interdit en Suisse depuis le 1er avril 2007.

Existe-t-il alors une manière de prospecter sur LinkedIn ?

Oui, et cela s’appelle la stratégie de ‘Social Selling’. C’est une manière d’établir une relation avec nos contacts, avant de leur vendre quoi que ce soit et de leur offrir quelque chose de valeur pour eux (souvent sous la forme de contenu : articles, vidéo, audio, etc.). Il faut ralentir la vente pour l’accélérer.

LinkedIn dispose de tous les outils nécessaires pour mettre en place votre système de ‘Social Selling’, pour votre équipe de vente ou pour vous, si vous êtes solopreneur. La prochaine formation (en ligne) commence le 17 août 2017 ! Les places sont limitées, inscrivez-vous maintenant !

 

Cet article a paru pour la première fois sur le blog de ma collègue Valérie Demont.